Creaciones Utzil : des poupées artisanales portant les costumes traditionnels du Guatemala

Au début des années 1980, à Quetzaltenango, dans l’ouest du Guatémala, quatre sœurs commencent à créer des poupées, qu’elles habillent avec divers costumes traditionnels indigènes mayas, peints à la main. Plus de 3 décennies plus tard, la petite entreprise Utzil ne connaît pas la crise et emploie 10 personnes, proposant une vaste variété de produits d’artisanat honorant la diversité des costumes traditionnels mayas, avec plus de 120 modèles.

http://www.voyageurs-du-net.com/wp-content/uploads/2014/12/artisanat-guatemala-utzil-12-e1419383970977-700x527.jpg

Témoignages d’une histoire tragique, les costumes traditionnels mayas font l’admiration des visiteurs, qui souvent en ignorent l’origine. D’après l’historien Severo Martínez, les costumes furent imposés aux populations par les envahisseurs espagnols, pour distinguer à qui appartenaient les Indigènes chargés de travailler pour eux selon une logique de servage. S’appuyant dans un essai de la fin des années 60 sur les travaux de José Díaz Bolio, l’anthropologue Jean-Loup Herbert nuance cependant que cela n’a pas empêché les Mayas d’y inscrire les symboles de leur cosmovision : « le tissu autochtone actuel, loin de constituer un exemple d' »acculturation » comme plusieurs auteurs le soutiennent, démontre une persistance constante des croyances ésotériques » (La société autochtone guatémaltèque avant la colonisation, in Indianité et lutte de classes).

artisanat-guatemala-utzil-01

Costumes de Mystère, département de Quetzaltenango

C’est de ce patrimoine de la culture populaire et de la mémoire nationale que les créateurs de l’entreprise Utzil s’inspirent et auquel rendent hommage leurs créations. Un patrimoine qui apparaît aujourd’hui, du reste, menacé, parfois corrodé par l’avancée de la « modernité » individualiste occidentale, face à quoi les traditions perdent de leur attrait. Cela est surtout visible au Guatémala au faible nombre d’hommes portant encore le costume traditionnel, tandis que beaucoup de femmes continuent en revanche à le porter.

Ofelia Sáenz Cárdenas, l’une des gérantes de l’entreprise, qui nous reçoit à l’atelier Utzil de Quetzaltenango, signale que le Guatémala compte plus de 300 costumes, différant selon le lieu, mais aussi selon le type de cérémonie (mariage, enterrement), le sexe ou la hiérarchie sociale à l’intérieur des organisations indigènes. Publié dans les années 1970, un livre de Carmen L. Pettersen (Maya of/de Guatemala : Life and Dress/Vida y Traje) documente la grande diversité de ces costumes à travers des textes et de nombreuses aquarelles de l’auteure. C’est l’un des livres sur lesquels s’appuient les artisans pour la réalisation des poupées.

Votre guide spécialisé au Guatémala

Guide Guatémala

Besoin d'aide pour planifier et réaliser votre voyage au Guatémala ?
Prenez contact avec Thierry, l’expert local de TraceDirecte.
Nous vous offrons un devis et vous pourrez échanger directement avec lui via votre espace client, et même l’appeler au Guatémala avec un numéro gratuit ! En savoir plus en cliquant ici.

Une histoire de famille

L’histoire d’Utzil remonte au début des années 1980. Les sœurs de Cárdenas, avec l’appui de leur père Roberto, et parallèlement à la création par Willy Alvarado du ballet folklorique Siguán Tinimit , commencent à créer des poupées portant des costumes traditionnels mayas. D’abord, elles travaillent sur une vingtaine de costumes, à une époque où, signale Ofelia, « l’intérêt pour le « typique » était moindre ». La production est alors assez faible : une vingtaine de poupées par mois, l’activité étant « d’abord un hobby ».

Bientôt, elles attirent l’attention d’un premier client d’importance : le Musée du costume traditionnel indigène Ixchel, à la capitale, qui continue aujourd’hui encore à vendre ces créations. À partir des années 1990, réputation croissante aidant, la production se structure, se spécialise et les premiers employés « externes » sont recrutés : certains prennent en charge la fabrication de la poupée, d’autres la peinture, etc. Elle se diversifie aussi jusqu’à atteindre les quelques 120 modèles existant aujourd’hui , en plus de produits récents : « cadres » représentant divers costumes traditionnels ou encore des poupées de plus petit format. Et ce sont à présent, en moyenne, quelque 200 poupées qui sont fabriquées dans l’atelier par les 10 employés chaque mois, sans compter les autres créations.

artisanat-guatemala-utzil-07

Costume masculin de Sololá

artisanat-guatemala-utzil-06

Costume masculin de Chichicastenango, département de Quiché

artisanat-guatemala-utzil-05

Costume féminin de Comitancillo, département de San Marcos

artisanat-guatemala-utzil-04

Costume féminin de San Pedro Soloma, département de Huehuetenango

artisanat-guatemala-utzil-03

Costume féminin de Cobán, département d’Alta Verapaz

artisanat-guatemala-utzil-02

Costume féminin de Cunen, département de Quiché

Une fabrication en 6 étapes

La fabrication suit un processus de six étapes :
1. Recyclage d’emballages, de fils de fer, journaux, toile, pour créer la structure à forme humaine ; la toile, baignée dans la colle, puis séchée, forme le vêtement.
2. Application au vêtement de sa couleur dominante.
3. Peinture des symboles et des détails du costume.
4. Peinture de la peau de la poupée.
5. Application du vernis.
6. Pose des cheveux et des accessoires (pour les femmes : corbeille, jarre, boucles d’oreille, etc. ; pour les hommes : chapeau, ceinture, etc.).

Informations pratiques

  • Site internet : Creaciones Utzil

  • Suivre l’actualité des créations sur la page FB de Creaciones Utzil

  • Où trouver les poupées Utzil ? Tout d’abord, à l’atelier de fabrication, à Quetzaltenango ; mais aussi au Musée Ixchel du costume traditionnel, à la capitale, dans l’enceinte de l’université Francisco Marroquín, dans la zone 10

Remerciements à Ofelia Sáenz Cárdenas pour sa disponibilité, à Creaciones Utzil pour les photos, ainsi qu’à Check In Trivago, à qui l’article était initialement destiné et qui n’a finalement pas été publié sur leur blog.

VOYAGER PAS CHERLa rédaction vous conseille :

Voyager avec 20 euros par jour, le guide
En savoir plus

Virginie - Vie Productive.com - Fontenay-aux-roses"Enfin un guide voyage qui démonte point par point la plus courante des excuses. Non, voyager ne coûte pas forcément cher ! "

Katy Chey - Communication et marketing - Londres"Voilà un guide pour voyager qui déborde de conseils avisés et malins ! Les bons plans qu’il contient s’adressent à tous voyageurs, expérimentés ou non"

Julien Valat - Blog Vitamin-e - Montréal, Canada"Ma première lecture de ton guide m’a enthousiasmée car tu y livres un réel tour d’horizon des possibilités qui s’offrent aux voyageurs"


Vous en voulez encore ?

Articles que vous allez aimer :
Guatémala
diorama & miniature

Il n'y a pas encore de commentaire

Ajoutez le vôtre

Note : vous n'obtiendrez pas de lien en venant commenter sur VDN. Inutile donc de venir spammer... Seuls les liens pertinents, en rapport avec le sujet seront publiés.