Tomatina de Buñol : une géante bataille de tomates

Sur VDN, on aime vous présenter les traditions, lieux, musées et jeux les plus insolites. Aujourd’hui, rendons-nous dans l’est de l’Espagne, à 40km de Valence, dans une petite commune de 10 000 habitants. Chaque année, des milliers de personnes se livrent à un étrange jeu traditionnel : la Tomatina de Buñol. Entassés dans des ruelles étroites, sous une chaleur méditerranéenne, ils organisent et mènent la plus grande bataille de tomates du monde.

http://www.voyageurs-du-net.com/wp-content/uploads/2013/08/tomatina-bunol-2010-flydime-700x466.jpg

L’histoire de la Tomatina de Buñol

Tout commence le 29 août 1945. Lors d’un défilé de géants masqués sur la place du village, des Buñolenses se bagarrent, suite à une bousculade. Plusieurs d’entre eux s’emparent de cageots de tomates puis s’en servent de projectiles, jusqu’à ce que les policiers du village intervinrent pour stopper les hostilités. L’année suivante, à la même date, c’est-à-dire le dernier mercredi du mois d’août, un groupe de jeunes répète volontairement l’histoire, mais cette fois-ci, avec leurs propres tomates pourries. La Tomatina de Buñol est née.

Alors que les autorités interdirent ces batailles joyeuses pendant plusieurs années, en 1957, constatant l’adhésion populaire à cette nouvelle festivité, la municipalité décide de lever l’interdiction. En 1970, c’est même la maire qui commence à organiser les batailles de tomates, qui devient un attrait touristique estival. En 2002, le Secrétariat général du Tourisme espagnol a classé la Tomatina de Buñol « Fête d’intérêt touristique international ».

Tomatina de Buñol, 2006

Tomatina de Buñol, 2006

Aujourd’hui, chaque année, ce sont des dizaines de milliers d’Espagnols et de combattants de la tomate venus du monde entier qui participent à la plus grande bataille fruitière de tous les temps. La Tomatina clôt une semaine de festivités célébrant sant Lluis Bertran, le saint-patron du village. La journée commence à 9h du matin, heure à laquelle la mairie distribue des viennoiseries pour donner des forces aux participants. Avant que retentisse le premier coup de feu, les organisateurs érigent un grand mât couvert de savon, en haut duquel un jambon est empalé. Les grimpeurs les plus téméraires tentent de décrocher le lot sous les fous rires de la foule.

C’est à 11h qu’est sonné le début de la bataille de tomates. Plusieurs camions de la mairie entrent alors dans le village à grand coups de klaxon, remplis de munitions. Les tomates utilisées sont des tomates abîmées, qui ne peuvent pas être proposées à la vente. Elles sont préalablement écrasées par les organisateurs pour ne pas en faire des projectiles trop dangereux.

Un des camions de la Tomatina de Buñol

Un des camions de la Tomatina de Buñol

Le second coup de feu  signale la fin de la bataille. Il n’y a pas d’heure précise, c’est selon les munitions (en 2012, 120 tonnes de tomates ont été utilisées). C’est alors l’heure du nettoyage collectif : les habitants du village arrosent les participants à grand coup de seau d’eau et les jets des camions de nettoyage terminent le travail. De nombreux participants se jettent également dans la rivière du village pour le bain de fin de journée.

Bataille de tomates géante : les règles et modalités

Pour éviter les accidents, la mairie de Buñol a rédigé un règlement, que tous les participants sont tenus de respecter :

  • il est conseillé de porter de vieux vêtements, car les déchirures, pourtant interdites, sont fréquentes ;
  • évitez de vous percher en hauteur, sur une grille, un balcon ou une fenêtre. Vous seriez la cible de dizaines de lanceurs de tomates ;
  • si vous souhaitez prendre des photos, il vous faudra un appareil étanche ;
  • les bouteilles sont interdites ainsi que tout objet pouvant provoquer un accident ;
  • il est interdit de déchirer les t-shirts ;
  • il est éventuellement conseillé de porter des lunettes de plongée.

Mon conseil personnel : en tant qu’adepte du carnaval de Dunkerque, je connais bien les bains de foule. Et 40 000 personnes qui s’entassent dans des ruelles en se jetant des tomates, ça représente une sacrée force humaine. Chaussez-vous donc solidement pour ne pas devoir sortir de la foule à cloche-pied !

Comment se rendre à la Tomatina de Bunol ?

Si vous logez près de Valence (vous trouverez par exemple sur Holidaycheck plus de 1000 hôtels dans la région), il vous faudra emprunter l’autoroute A3, qui relie Valence à Madrid. Si vous vous y rendez en avion, ne vous trompez pas d’aéroport et vérifier le code IATA : VLC pour Valence en Espagne, VAF pour Valence en France ! Il y a également un train reliant Madrid à Valence. Certains d’entre eux s’arrêtent à Buñol.

Une fois sur place… jetez-vous dans la bataille ! En plus de vous défouler d’une façon insolite, vous apporterez à votre peau les bénéfices d’une bonne cure thermale. En effet, la tomate est riche en antioxydants, en vitamine A, en vitamine C et en lycopène. Votre peau gagnera en souplesse, votre teint sera éclairci, vos pores resserrés et la tomate combat également l’acné et les points noirs.

En savoir plus :

Prochaine Tomatina : mercredi 28 août 2013
Site officiel des festivités : http://www.tomatina.es/
Crédits photos : médiathèque libre de Wikimedia

Vous en voulez encore ?

Articles que vous allez aimer :

Il y a 5 commentaires

Ajoutez le vôtre

Note : vous n'obtiendrez pas de lien en venant commenter sur VDN. Inutile donc de venir spammer... Seuls les liens pertinents, en rapport avec le sujet seront publiés.

  1. Leslie@Voyage Perou

    Les Espagnols sont géniaux pour la fête, il y a teeeellement plein de concepts du genre. La Tomatina, bien sûr, elle est plus connue, mais il y en a avec de l’eau, ou de l’eau et de la farine, du vin, de la peinture. Enfin j’en passe. J’ai d’excellents souvenirs d’enfance de mes vacances en Espagne!


Laisser un commentaire