A vélo dans les îles Canaries

Tandis que c’était l’hiver en Belgique, nous sommes partis en décembre parcourir à vélo trois des plus belles îles d’Espagne : la Grande Canarie, Tenerife et la Gomera. Il ne sera pas question ici des côtes de celles-ci car, malheureusement, je ne parle pas l’allemand, mais plutôt de notre parcours cycliste dans l’arrière-pays.

http://www.voyageurs-du-net.com/wp-content/uploads/2013/01/velo-sur-les-iles-canaries-700x466.jpg

Les côtes des trois îles des Canaries sont invivables (trafic… trafic… trafic…) ; c’est pourquoi, pour notre parcours cycliste, nous avons privilégié le centre de ces trois îles !

Gomera_1

Sur l’île de Gomera

Avant de vous décrire les quelques bons plans de ce périple, je vous livre les cartes de ces 12 jours de vélo (en bleu l’aller, en vert le retour ; voir photos dans la galerie ci-dessous). Donc, pour bien suivre l’itinéraire : départ de la Grande Canarie, traversée en bateau jusqu’à Tenerife et puis jusqu’à La Gomera. Le retour se fait en pédalo, évidemment. Vous allez également vous poser la question : « avec tente et tout le barda qui l’accompagne, ou bien léger ?  »

En fait, l’idéal est de bivouaquer sur la Grande Canarie et Tenerife et de voyager « léger » sur La Gomera, où le dénivelé des côtes avoisine souvent les 10%. A vous de trouver une petite pension qui peut vous garder vos bagages superflus durant quelques jours. Maintenant, vous allez vous demander ce qu’un cyclo-voyageur qui a déjà traversé l’Amérique du Sud à deux reprises peut trouver d’intéressant en se baladant sur des îles à forte tendance touristique. Hé bien justement, un peu d’Amérique du Sud ! Car si les côtes sont touristiques, l’intérieur des îles, lui, est beaucoup plus autochtone.

Gran_Canaria_2

Paysage de l’île de la Grande Canarie

D’ailleurs, la première langue qui y est parlée est le castillan (et non l’allemand comme vous l’avez compris). Et c’est un castillan reposant. Les gens parlent lentement sans avoir une pomme de terre brûlante dans la bouche. Ils ne sont pas pressés et passeraient toutes leurs journées à vous compter leur pays. Quand je dis « pays », il faut bien comprendre que chaque habitant considère son île comme un pays et que chacun revendique habiter le plus beau. N’allez pas dire à un Chicharrero (habitant de Tenerife) que la Grande Canarie est plus jolie !

Ensuite, il y a, en vous élevant vers le centre de ces îles, des paysages qui rappellent tantôt le Pérou, tantôt l’altiplano bolivien. Ce ne sont évidemment que de gentilles caricatures, mais n’oubliez pas que vous n’êtes ici qu’à quatre heures de vol de Paris.

Trois îles distinctes

La Grande Canarie (Gran Canaria) est l’île la plus déchiquetée, la plus anarchique. A mes yeux la plus intéressante, mais ne le criez pas sur tous les toits. Il vous faudra deux journées pour rejoindre le port d’Agaete et deux autres pour le retour, qui s’effectue en partie par la côte nord-ouest. Pour ceux qui ont le vertige, accrochez-vous !

Gomera_2

Paysage de l’île de Gomera

Tenerife ne brille que par son Teide (volcan actif dont la dernière éruption remonte à 1909). Les paysages y sont remarquables, mais la quantité de touristes s’y précipitant également. L’idéal est de bivouaquer au pied du volcan ou tout du moins dans ses alentours. Comptez donc trois journées pour l’aller et deux autres pour le retour. Attention, la sortie de Santa Cruz est très dense en trafic.

Teide_1

Vue sur le volcan Teide, sur l’île de Tenerife

Enfin, La Gomera, beaucoup plus abrupte, ressemble, elle, à un havre de paix pour retraités. La diversité de la végétation y est beaucoup plus grande, même si sa faune reste, comme pour les autres îles, majoritairement constituée de pigeons (moi qui pensais voir des milliers de canaris !). Trois journées avec une petite incursion sur la côte, histoire de voir l’attroupement des touristes qui se massent pour regarder le coucher du soleil.

Ne manquez pas la première partie vers l’est qui vous emmènera sur des pistes que même un Sud-américain ne voudrait pas emprunter.

Questions pratiques

Le camping sauvage est-il interdit ? Il faut demander des autorisations préalables, via Internet uniquement, pour avoir accès aux très rares aires de camping. Bref, cela n’en vaut pas la peine. Vu que vous êtes un cyclo-voyageur responsable et expérimenté, vous trouverez aisément des lieux de bivouac à la tombée de la nuit.

Faut-il réserver ses places sur les différents bateaux ? Non : même si les sites en lignes vous indiquent qu’il ne reste plus que « 2 places » nous avons pu constater que les bateaux étaient à peine à moitié remplis.

A quel prix peut-on trouver un logement ? En général, il y a moyen de trouver des pensions ou des petits appartements équipés entre 10 et 15 Euros la chambre. Ne pas hésiter à demander aux locaux car la plupart de ces logements n’ont pas d’enseigne et ne se trouvent évidemment pas dans les guides.

Comment voyager « responsable » aux Canaries ? A vélo… par exemple. Et donc, je le martèle, en évitant les côtes.

Vous en voulez encore ?

Articles que vous allez aimer :

Il y a 7 commentaires

Ajoutez le vôtre

Note : vous n'obtiendrez pas de lien en venant commenter sur VDN. Inutile donc de venir spammer... Seuls les liens pertinents, en rapport avec le sujet seront publiés.

  1. kevin @embarquement voyage

    J’ai toujours eu envie de me lancer dans un trip à vélo ou à moto. Je penses que pour profiter un maximum des paysages c’est l’idéal. Par contre, sur le routes Thaïlandaises je trouve que c’est risqué car pas beaucoup d’itinéraires secondaires.

    En tout cas, cela donne vraiment envie.

  2. Nadege@Miami

    Bonjour,

    J’ai adoré mon voyage aux Canaries ! Je suis montée tout en haut du Teide, mais pas en vélo.. C’était la première fois que je me retrouvais en haut d’un volcan, impressionnant !

    A bientôt,

    Nadège

  3. Soph

    Je connais très bien les îles pour y avoir vécu. D’accord le tourisme a fait des ravages mais il reste limité à certaines plages de certaines régions des îles. Par exemple à Tenerife, Il n’y a que dans le sud- ouest que ce sont développée d’horribles urbanisations à fuir.
    L’est et l’ouest de l’île sont des parcs naturels avec forcément ds côtes puisqu’il s’agit d’une île.
    Et la côte Nord de l’île avec ses plages de sables noires possède un nombre incroyable de recoins magiques, c’est vraiment dommage de les ignorer

    • Enzo Schyns

      Bonjour Soph,

      Il est bien évident que je ne suis pas un spécialiste des Canaries mais bien du voyage à vélo.

      Le but de cet article est donc de proposer un itinéraire de 12 jours qui évite évidemment les zones où le trafic est trop important.

      Toutefois, même si certaines plages sont vierges de tout touriste, mieux vaut ne pas le crier sur les toits, sans quoi elles ne le resteront pas très longtemps.

      Bien à vous et bon weekend !

      Enzo

  4. cyclovictory

    Bonjour!C’est incroyable de parcourir en vélo dans des paysages comme ceux ci.Mais il vaut mieux bien équipé son vélo en cas de problème mécanique.Et le volcan Teide est vraiment gigantesque.C’est bien de faire un cyclotourisme dans ces îles.

  5. Istanbul

    Cela doit vraiment être Impressionnant de se promener en vélo dans des décors aussi grandioses! Je suppose qu’il faut suivre un entrainement physique assez conséquent avant de s’embarquer dans un tel défi tout de même.

  6. Wad

    Bonjour,
    Si vous n’aviez qu’une seule semaine, laquelle des iles choisiriez vous?
    Nous aimerions louer les vélos sur place, et rayonner depuis un endroit sur l’ile.
    Merci pour vos info.


Laisser un commentaire