Pedro Juan Solís, l’homme-oiseau du lac Atitlán

Pour observer des oiseaux autour du lac Atitlán, il faut se lever tôt, ouvrir les yeux et respirer. Pedro Juan Solís (26 ans) est un guide guatémaltèque d’origine maya. Il nous emmène dans un de ses balades pour observer des oiseaux autour du lac Atitlán.

http://www.voyageurs-du-net.com/wp-content/uploads/2012/10/azure-crowned-hummingbird-une.jpg

« Si l’on veut voir le greater pee wee, une espèce d’attrape-mouches, on doit chercher un arbre avec des branches sèches », dit Pedro à voix basse. Il lève son index : « Écoute, un pic-vert », puis détaille les caractéristiques et particularités du pee wee.

Le "greater Peewee"

Le greater pee wee

Pedro organise des tours et des randonnées partout au Guatémala d’observation de la faune, en utilisant des guides locaux au besoin. Mais maintenant, nous sommes ici dans son territoire : le lac Atitlán. Situé à 1600 mètres au-dessus du niveau de la mer, ce lac d’origine volcanique est entouré de volcans. Il accueille une grande variété d’oiseaux indigènes et migrateurs.

« La combinaison entre hauteur et promiscuité de l’eau offre un habitat assez idéal pour les oiseaux », dit Pedro. Nous descendons du village de Santa Cruz la Laguna en direction du lac. Les avocatiers, manguiers et arbustes de café sont plantés partout. On traverse une des petites rivières temporaires qui, pendant la saison des pluies, débouchent dans le lac. « Voilà : ici on peut observer des oiseaux qui vivent d’insectes, comme les attrape-mouches et même les colibris », explique Pedro.

Votre guide spécialisé au Guatémala

Guide Guatémala

Besoin d'aide pour planifier et réaliser votre voyage au Guatémala ?
Prenez contact avec Thierry, l’expert local de TraceDirecte.
Nous vous offrons un devis et vous pourrez échanger directement avec lui via votre espace client, et même l’appeler au Guatémala avec un numéro gratuit ! En savoir plus en cliquant ici.

Un nouvel habitat

On continue de descendre dans la direction du lac, en passant des murs autour des propriétés des expatriés internationaux. On voit des bambous, une espèce introduite selon Pedro, qui voit aussi des bénéfices aux jardins opulents et colorés toute l’année des étrangers. Au moins, ces énormes jardins bien maintenus et fournis offrent aux oiseaux un nouvel habitat.

Et ce nouveau refuge est nécessaire. A cause de la déforestation – les Mayas utilisent encore du bois pour cuisiner et les étrangers construisent leurs maisons dans des endroits non cultivés – et l’introduction de pesticides et fertilisants, les oiseaux et autres animaux autour du lac ont beaucoup souffert.

D’ailleurs, Pedro a vu des changements : « Les dernières années on voit des oiseaux migratoires plut tôt dans l’année que d’habitude et on peut rencontrer des oiseaux qui ne venaient pas au Guatémala. On pense que c’est à cause des changements climatiques que les oiseaux migratoires changent leur route ».

Arbre cérémonial

Le guide maya nous dirige vers la fin de la descente et on peut entendre le bruit de l’eau qui arrive des rivières de la montagne, et l’eau du lac entrechoquer les cailloux volcaniques sur la plage  par petites vagues.

palopo, arbre ceremonial

Le « Palopó », arbre cérémonial des Mayas.

« Oh ! » Pedro lève sa main et écouté avec concentration. Il reproduit, en sifflant, le chant d’un oiseau : « T’es où ? Ah, voilà ! A neuf heures, derrière le jacaranda (arbre aux fleurs violettes), sur cette branche sèche, un goldfinch ». On arrive au bord du lac, dans un endroit mystérieux où les roches sont géantes et où l’ombre est fournie par quelques arbres imposants. L’un d’eux est étrangement formé, avec ses racines partiellement visibles. « C’est un palopó », explique Pedro, « un type de ficus qui a un rôle très important durant les cérémonies maya autour du lac, dont certains villages portent son nom, comme San Antonio Palopó. Ses racines forment la connexion avec le Xibalba (le monde souterrain) et les branches connectent avec le monde céleste. »

Un peu plus loin, Pedro nous montre un nid minuscule, presque impossible à discerner, très bien caché dans les branches. L’aide du zoom de l’appareil  photo est primordial ici, et l’on peut donc voir deux petites têtes et deux becs : « C’est le nid d’un colibri,  de l’espèce Ariane à couronne azur, je l’observe depuis sa construction ».

Colibri à couronne azur

Colibri à couronne azur

Nid de colibris

Nid de colibris

Pendant cette balade tranquille, on voit et écoute une énorme variété d’oiseaux et autres animaux. Il y a toujours tellement d’oiseaux ? « Ça dépend », répond Pedro, et avec un grand sourire : « s’il n’y a pas beaucoup d’oiseaux à voir, j’emmène mes clients voir l’aigle à deux têtes ! Au marché de produits textiles mayas, ils peuvent en voir partout brodés sur les huipils (vêtement typique) des femmes indigènes de la région de Nahuala ! »

Stéphanie Masquelier et Beerd Willems

Pour contacter Pedro, rendez-vous sur l’un des deux sites de son agence : l’éponyme Tours Atitlán ou bien Bird-Watching Guatemala.

VOYAGER PAS CHERLa rédaction vous conseille :

Voyager avec 20 euros par jour, le guide
En savoir plus

Virginie - Vie Productive.com - Fontenay-aux-roses"Enfin un guide voyage qui démonte point par point la plus courante des excuses. Non, voyager ne coûte pas forcément cher ! "

Katy Chey - Communication et marketing - Londres"Voilà un guide pour voyager qui déborde de conseils avisés et malins ! Les bons plans qu’il contient s’adressent à tous voyageurs, expérimentés ou non"

Julien Valat - Blog Vitamin-e - Montréal, Canada"Ma première lecture de ton guide m’a enthousiasmée car tu y livres un réel tour d’horizon des possibilités qui s’offrent aux voyageurs"


Vous en voulez encore ?

Articles que vous allez aimer :
Guatémala
Voyage en Amérique latine

Il n'y a pas encore de commentaire

Ajoutez le vôtre

Note : vous n'obtiendrez pas de lien en venant commenter sur VDN. Inutile donc de venir spammer... Seuls les liens pertinents, en rapport avec le sujet seront publiés.