Maurice, une île multiculturelle entre l’Afrique, l’Europe et l’Asie

L’Île Maurice fascine par ses paysages, ses plages de sable blanc sur lesquelles se penchent paresseusement de verts cocotiers, ses lagons d’un bleu d’émeraude, ses sommets verdoyants… mais pas seulement. Il est un autre aspect de cette île paradisiaque qui ne manquera pas d’étonner le voyageur : sa multiculturalité. Sur cette île, cohabitent des populations venues aussi bien d’Europe ou d’Afrique, que d’Asie. Tour d’horizon.

http://www.voyageurs-du-net.com/wp-content/uploads/2016/12/maurice2-700x350.jpg

L’île Maurice, toujours redécouverte

L’histoire des successives « découvertes » de l’île laissait déjà entrevoir un destin multiculturel. Bien qu’ils ne laissèrent pas de trace sur l’île Maurice, on suppose que les Austronésiens furent les premiers à découvrir l’archipel des Mascareignes. En effet, ce sont eux qui peuplèrent la voisine Madagascar entre 2000 et 1500 av. J.-C. Les Romains l’auraient, ensuite, découverte à l’occasion de la première circumnavigation de l’Afrique, soit vers -600. Puis, vint le tour des Arabes, probablement au Moyen-Âge, qui donnèrent à l’île le nom de Dina Arobi. Les Européens n’y arrivèrent qu’au début du XVIe siècle et lorsque les Portugais visitèrent l’île, ils la nommèrent Cirné. Mais, il fallut attendre 1598 pour que les premiers colons hollandais ne s’y installent. De 1715 à 1810, l’île Maurice passa sous domination française, avant que ne vienne la période anglaise, qui dura jusqu’en 1986.

De l’importance de l’économie

Pour compléter le panorama démographique de l’île, il faut ajouter à cette histoire politique et militaire, un récit économique. Les premiers colons, des Hollandais, débarquèrent avec leurs esclaves africains. Ils introduisirent la canne à sucre et s’en furent en 1710, après de graves problèmes climatiques. Les colons français, quant à eux, importèrent, dès la première moitié du XVIIIème siècle, plusieurs centaines d’esclaves venus du Sénégal et de la Guinée. Ensuite, des esclaves pris en majorité sur l’île de Madagascar et en Afrique orientale arrivèrent par milliers. À la fin de l’occupation française, 80% de la population était constituée d’esclaves qui ne connurent pas les bénéfices de la Révolution française et durent attendre l’abolition de l’esclavage dans toutes les colonies britanniques, en 1835. Face au besoin de main-d’œuvre pour les plantations sucrières, l’administration anglaise recourut alors à des travailleurs indiens. Entre 1835 et 1865, ce sont plus de 200 000 immigrants indiens et chinois qui arrivèrent à l’île Maurice, en changeant radicalement la composition ethnique.

Une île, plusieurs communautés

La population de l’île Maurice d’aujourd’hui est ainsi le résultat de cette histoire. On y trouve une communauté blanche, composée des descendants des colons français et anglais, une communauté créole, issue des esclaves africains, des communautés indiennes hindoues, tamoules et musulmanes, et une communauté chinoise. Si les habitants issus de l’immigration européenne sont minoritaires en termes de population, ils conservent une grande partie du pouvoir économique. La communauté créole, par contre, pâtit toujours du difficile héritage de l’esclavagisme et forme la population la plus pauvre de l’île. Remarquons aussi que la majorité des Mauriciens, à savoir 65,8%, sont aujourd’hui d’origine indienne.

maurice1

Différentes origines, différentes religions

Cette mosaïque d’origines et d’ethnies implique une grande diversité religieuse. En effet, dans le pays cohabitent pacifiquement hindous et tamouls (50%), musulmans (20%), chrétiens (15%) et bouddhistes (2%). Pour faire honneur à cette diversité, l’État a mis en place des jours fériés pour chaque grande communauté religieuse. Ainsi, les hindous ont quatre fêtes, les tamouls une, les chrétiens fêtent Noël et Pâques ou la Toussaint selon les ans, les musulmans l’Aïd à la fin du Ramadan et les Chinois leur Nouvel an.

« You parle créole ? »

Sur le plan linguistique, en plus de faire partie de la francophonie, certains Mauriciens parlent des langues indiennes telles que le bhojpuri, tandis que tous ont comme langue commune le créole. Né du besoin de communication entre les esclaves et leurs maîtres, le créole est nourri du français, de l’anglais, de plusieurs langues africaines, ainsi que de l’hindi et constitue la base de l’identité culturelle des populations venues d’Afrique. Si le créole commence à peine à être enseigné à l’école, d’autres langues le sont aussi : les enfants des différentes communautés linguistiques peuvent suivre leur scolarité en hindi, marathi, tamoul ou encore mandarin.

Et dire que tout ce petit monde d’à peine plus d’un million d’habitants tient sur moins de 2000 km2 ! Aussi, si vous prévoyez des vacances à l’île Maurice, n’oubliez pas de profiter des plages paradisiaques, telle que celle de Trou-aux-Biches, de visiter le jardin de Pamplemousse, de faire un tour par le village de Calodyne et de vous promener dans les réserves naturelles. Mais, ne manquez pas de vous imprégner de l’ambiance multiculturelle unique qui règne sur l’île!

 

VOYAGER PAS CHERLa rédaction vous conseille :

Voyager avec 20 euros par jour, le guide
En savoir plus

Virginie - Vie Productive.com - Fontenay-aux-roses"Enfin un guide voyage qui démonte point par point la plus courante des excuses. Non, voyager ne coûte pas forcément cher ! "

Katy Chey - Communication et marketing - Londres"Voilà un guide pour voyager qui déborde de conseils avisés et malins ! Les bons plans qu’il contient s’adressent à tous voyageurs, expérimentés ou non"

Julien Valat - Blog Vitamin-e - Montréal, Canada"Ma première lecture de ton guide m’a enthousiasmée car tu y livres un réel tour d’horizon des possibilités qui s’offrent aux voyageurs"


Vous en voulez encore ?

Articles que vous allez aimer :
Île Maurice
Pas encore d'article similaire

Vous aimeriez nous proposer un article similaire ? C'est par ici !

Il n'y a pas encore de commentaire

Ajoutez le vôtre

Note : vous n'obtiendrez pas de lien en venant commenter sur VDN. Inutile donc de venir spammer... Seuls les liens pertinents, en rapport avec le sujet seront publiés.