Full Moon Party à Koh Phangan : en Thaïlande, les Bronzés font la teuf

La Full Moon Party de Koh Phangan, sur la plage de Haad Rin, est l’un des plus beaux pièges sous le soleil de Thaïlande. Au programme : musique médiocre, binge drinking et vomi à gogo, drogues et prostituées. Le Full Moon, en Thaïlande : un exemple vivant de l’abject tourisme de masse.

http://www.voyageurs-du-net.com/wp-content/uploads/2013/02/full-moon-party-01-1024x680.jpg

Ah la Thaïlande ! Un pays fascinant dont la beauté des paysages n’a d’égal que la richesse et la grâce de sa culture et qui attire des touristes du monde entier et de tout âge. En Thaïlande, le tourisme est un business, qu’il soit culturel, naturel, médical… ou sexuel.

Une plage de Thaïlande, à Koh Phangan

Une plage de Thaïlande, à Koh Phangan

Koh Phangan et sa Full Moon Party c’est un peu Goa sans les mouches, Ibiza sans David Guetta ou la rave party du champ d’à côté promue d’utilité publique par la préfecture. En Thaïlande, la Full Moon Party est un party business, et l’on trouve désormais des forfaits tout compris avec transfert de l’hôtel en tuk-tuk. Le grand frisson aseptisé. Car si les Américains ont leur Springbreak (dans la capitale de l’immonde Cancún), les Australiens, Israéliens et Européens à dreadlocks et autres backpackers et routards du monde libre s’éclatent en Full Moon. Parfois littéralement.

« Ces gosses sortent de leur petite ville pour la première fois en groupes, ils ont grandi avec La Plage [film de Dany Boyle, NDR] et la dernière chose qu’ils souhaitent c’est l’imprévu et l’aventure », soupire T., lucide barman œuvrant sur le port. « La dimension initiatique est évidente, ça pourrait sembler triste mais chanter YMCA torché sera pour pas mal l’expérience d’une vie. En fait, on a un pseudo-underground de masse » résume ce diplômé de sociologie nantais marié à une locale.

Ce tourisme de masse fonctionne suivant une mécanique bien rodée et permanente. Pas besoin de venir pendant la pleine lune : on trouve désormais la half moon party (fête du premier/dernier quartier), la black moon party (fête de la nouvelle lune).  Bref une fête par semaine, minimum.

Full Moon Party à Kho Phangan. Danser sur des musiques MTV : le mieux-disant culturel.

Full Moon Party à Koh Phangan. Danser sur des musiques MTV : le mieux-disant culturel.

C’est le grand soir pour Ryan, 21 ans, un Australien venu décompresser des études. Prudent quant à de possibles excès éthyliques, il a choisi de laisser son scooter de location pour un taxi qui l’emmènera à Haad Rin, la plage de sa folle nuit. Le chauffeur sait exactement où le conduire. Mais son tarif est d’emblée extravagant : 1000 baths (25 euros) pour la vingtaine de kilomètres les séparant de la teuf. Interloqué il finit par comprendre que ce tarif comprend la location du taxi dans son intégralité. Un tarif à partager avec d’autres donc, mais qui ne descendra jamais en dessous de 200 bahts (5 euros environs) malgré la douzaine de passagers qui s’entassent désormais dans le pick-up roulant sur la piste mal bitumée dans la nuit moite. La tension est à son comble et un touriste danois vomit déjà à l’arrière du véhicule. La nuit sera longue.

Seaux et gnôle de contrebande…

L’alcoolisation rapide massive et globale (le binge drinking) est au centre de la Full Moon Party. Avec une vente d’alcool autorisée à partir de 18 ans, il n’est pas rare de croiser des touristes américains (de moins de 21 ans) ayant légalement accès à l’alcool pour la première fois de leur vie. Cette méconnaissance de la fée Éthanol et l’appel d’air festif entraînent donc bagarres, comas éthyliques, agressions et noyades. Afin de se mettre au plus vite dans le rouge à vil prix, il y a les buckets. Ces petits seaux en plastique permettent de se confectionner des cocktails whisky thaïlandais-coca-Redbull redoutables, à siroter avec une paille. Parfois, l’alcool employé est douteux, voire frelaté (méthanol) même si il est interdit de ramener sa propre consommation. La chaleur et le fort prix des bouteilles d’eau (2€) induisent aussi nombre d’insolation parfois sévère due à la déshydratation.

Les buckets (seaux  d'alcool), ou la garantie d'une murge brutale

Les buckets (seaux d’alcool), ou la garantie d’une murge brutale

Contrairement à d’autres fêtes, la Full Moon Party est quasi-gratuite. Sur le parking, nombre d’individus louches rodent. L’un d’entre eux se penche vers Ryan et lui souffle : « You want ecstasy ? 500 baths, very good » (« Tu veux de l’ecstasy ? 500 baths, très bon »). Prudent, Ryan décline, il a entendu des histoires sordides de fêtards naïfs intoxiqués par des méthamphétamines vendues comme étant de l’ecstasy. Cordial, le vendeur lui lance « Fuck you Farhang, go away ! » (« Va te faire foutre, le Blanc, barre-toi ! »).

… drogue…

Le crime organisé prospère en marge de la Full moon Party. Il arrive trop souvent que le dealer dénonce sa clientèle et qu’une transaction de stupéfiants débouche rapidement sur une arrestation. Le consommateur se verra alors sommé de payer cash une forte somme (un millier d’Euros pour un peu de cannabis, plusieurs milliers pour un comprimé d’ecstasy) sous peine d’arrestation. Une fois au poste, « l’amende » sera multipliée par 10 ou 20 (il faut bien régaler le procureur) sous peine de risquer plusieurs années d’incarcération dans des conditions dignes de Midnight Express. Cette culture mafieuse et l’impunité qu’elle entraîne sont aussi à l’origine d’agressions sexuelles graves (viols collectifs et vols de victimes droguées au GHB), de tabassages en règles et de larcins dans les chambres de gîtes d’hôte.

Plusieurs sites d’ambassades mettent en garde contre ces évènements et invitent les participants à la prudence. Un employé de la diplomatie française en poste à Bangkok se montre moins nuancé : « C’est vraiment pour les blaireaux avinés. Les Full Moon Parties représentent une bonne part des rapatriements médicaux ou psychiatriques en métropole. Beaucoup de cas de fraude à la carte de crédit, aussi ». Pour gérer cet afflux de hippies amateurs, le centre psychiatrique de l’île voisine embauche d’ailleurs à cette occasion des bras supplémentaires.

Ryan se demande désormais s’il aurait dû se droguer pour apprécier la musique. Les sound-systems crachent en majorité du mauvais disco et de la musique tendance MTV (avec une préférence pour Lady Gaga) sur des enceintes mal réglées. Il y a bien une paire de scènes techno et trance, mais la foule cosmopolite et compacte empêche de s’en approcher. La plage est maculée de taches de vomis aux senteurs aigres, entre lesquelles slaloment des cracheurs de feu et des jongleurs.

Full Moon Party à Kho Phangan : Mecque de la teuf des "blaireaux avinés"

Full Moon Party à Koh Phangan : Mecque de la teuf pour des foules de « blaireaux avinés »

Plusieurs personnes saignent abondamment des pieds après avoir marché sur un bout de verre. Une jeune femme semble évanouie et un de ses amis essaye de la faire se tenir debout. Aucun poste de secours en vue. L’ivrognerie globale a accouché de quelques bagarres sans gravité et l’ambiance se fait plus lourde. Ryan réalise qu’il n’a parlé à personne. Il est musicalement et humainement déçu. L’aube pointe et un cortège de prostituées tapageuses et agressives débarquent pour tapiner les survivants sous l’œil bienveillant des souteneurs.

…rock and roll !

Musicalement la Full Moon Party ne brille pas par l’originalité de ses mixes, ni par la convivialité de ses participants. L’effet de meute joue à plein et les rares rapprochements se font par tribus. On peut donc dire que ces jeunes gens ne viennent pas s’y rapprocher ni même découvrir de la musique. La meilleure analogie serait une boite de nuit de province où la playlist serait immuable. Quant à ceux qui voudraient s’attarder après le lever de soleil, ils seront chassés par les balayeurs.

En conclusion, plus qu’une expérience sauvage mystico-psychédélique la Full Moon Party est un gigantesque défouloir à ciel ouvert polluant, vulgaire et racoleur, un piège à cons touristique. Son effet sur l’industrie touristique locale est catastrophique et la hausse brutale de population entraîne une tension intolérable sur les ressources hydrauliques, électriques et médicales. Les amoureux de la Thaïlande, les vrais, se bornent à souligner que l’accueil dans les îles est catastrophique et que le touriste y est traité littéralement en porte-monnaie sur pattes à l’opposé d’un nord plus authentique où de belles rencontres restent possibles.

Alors, faut-il aller à Koh Phangan ? Oui, car la beauté sauvage de l’île, le coût faible des logements et son urbanisme limité justifient pleinement une visite-détente dans une optique de farniente au soleil sur une plage déserte si l’on s’éloigne un peu du port.

Quitte à se faire sa propre teuf en petit comité loin de Lady Gaga, des dealers, du bruit, du whisky-coca et de la fureur.
Entre gens bien.

VOYAGER PAS CHERLa rédaction vous conseille :

Voyager avec 20 euros par jour, le guide
En savoir plus

Virginie - Vie Productive.com - Fontenay-aux-roses"Enfin un guide voyage qui démonte point par point la plus courante des excuses. Non, voyager ne coûte pas forcément cher ! "

Katy Chey - Communication et marketing - Londres"Voilà un guide pour voyager qui déborde de conseils avisés et malins ! Les bons plans qu’il contient s’adressent à tous voyageurs, expérimentés ou non"

Julien Valat - Blog Vitamin-e - Montréal, Canada"Ma première lecture de ton guide m’a enthousiasmée car tu y livres un réel tour d’horizon des possibilités qui s’offrent aux voyageurs"


Vous en voulez encore ?

Articles que vous allez aimer :
Thaïlande
industrie touristique

Il y a 34 commentaires

Ajoutez le vôtre

Note : vous n'obtiendrez pas de lien en venant commenter sur VDN. Inutile donc de venir spammer... Seuls les liens pertinents, en rapport avec le sujet seront publiés.

  1. Miche

    Bravo. Enfin quelqu’un qui ose dire bien haut la realite de cette merde.
    Pour nous qui vivons ici a l’annee, c’est un vrai cauchemar de voir debarque tous ces jeunes fetards, cons, vulgaires bruyants tous les mois. Et justement aujourd’hui ils sont la pour la partie de demain.

    A eviter a tout prix.

    • Julien Trottier

      Bruyants, c’est normal, c’est un party. Cons, la tu generalises, c’est peut-etre plutot toi le con qui s’est installe a un endroit qui ne te plait pas, alors que tu savais ce qui en etait avec les party. Si t’es pas content, demenage, parce que ces party seront la bien apres ta mort.

      Pour ce qui est d’eviter a tout prix, je suis loin d’etre en accord. Cette soiree fut fantastique!

      • Julien Trottier

        Je vous invite a lire mon commentaire plus bas qui repond a cet article, car son auteur semble ne pas etre alle au meme party que moi!

  2. Haydée@travelplugin

    On entend parler de temps à autres de ces cas d’emprisonnements.
    A vrai dire j’en ai deux, mais ce fut d’une courte durée. Le premier s’est fait gaulé à l’aéoport de Bangkok en train de fumer un joint, il a passé un mois en prison. Le 2ème est un cas similaire, mais il en pris pour deux semaines.
    mais connaissez-vous des cas concrets ?

  3. Fennec

    Haydée@travelplugin: Déja vous devez comprendre qu’un mois en prison à 40 dans une celulle avec des « taxis boys » ou des ‘lady boys’ prostitués souvent seropositifs c’est pas Fleury Merogis dans les douches, ensuite la détention préventive a tendance a être très longue (années parfois). Pour finir sur les cas concrets, je n’ai jamais vu une personne mourir dans un accident de voiture pourtant des milliers meurent. J’avoue avoir du mal à comprendre votre réflexion… D’autant plus qu’une simple recherche google vous apportera tout les détails que vous souhaitez: Voici un article sur les prisons thai par exemple.
    http://www.gavroche-thailande.com/actualites/divers/11289-thailande-visiteurs-de-prisons-un-rayon-de-soleil-a-travers-les-barreaux
    Ou alors (en anglais) cette bien belle histoire d’un crétin qui a pris 30 ans
    http://scottsbangkwangtime.net/index.html
    Maintenant si vous voulez tenter votre chance…

    • flib

      J en connais un qui a fais 4 ans pour 10 X, un autre qui vient de sortir de 16 mois au laos pour de l herbe. 2 francais, et un dernier qui a pris 14 mois pour lese majesté, saoul, il a tagge une photo du roi. Les prisons francaises, c est pas le pied mais comparé au Hilton, surnom de la prison bangkokoise, y a pas photo. L annee derniere, un c est fait attrappe avec un joint apres un controle, la police mets pas mal de barrage en place sur l ile. Les policiers n ont pas voulu etre payé, ca arrive parfois ! Il devait repartir 2 jours apres, ils ont pris son passeport et l ont obligé a attendre son proces pendant 3 mois. Pas de prison mais plus de boulot en france, sejour de 3 mois en thailande a ses frais, pour a la fin une amende, plutot ridicule par rapport a se qu aurait pris les flics.
      Tout ca pour dire, soyez tres prudents, des histoires pourries, y en a quelques unes ici, et elles ne sont pas que légendes urbaines,

  4. flib

    C est exactement ca, mais heureusement, les tranceux ont d autres occassions de se retrouver, shiva moon ou dark moon (300 Baths par personne avec un drink), ban sabai pour les afters (gratuit). L esprit fluo/bucket, qui rapportent plus aux organisateurs, prend de plus en plus d espace sur l ile (tellement tentant et facile d arnaquer des gens stupides ne connaissant rien a la teuf ) mais y a encore moyen d ecouter de bons DJ trance dans des endroits sympas, il suffit d eviter les party avec des jeunes habillés de t shirts fluo a 500 baths l entrée…

  5. Tanned

    J’ai fait quelques full moon party. Ok, ça attire beaucoup de gens et il y a du tourisme de masse qui dégrade la vie locale ou encore l’environnement de l’île.

    Par contre, je trouve que ton avis sur ce dit événement est vraiment poussés à l’extrême et certaines choses sont fausses.

    Je m’explique. Les prix que tu donnes sont un peu exagéré, il y a des magasins sur la plage où tu peux acheter ton alcool et faire ton mix, tu peux aussi acheter de l’eau pour moins de 1 euros. J’ai fait plusieurs le tour de l’île le soir et l’on m’a jamais demandé plus de 500 baths (10 euros même en soir de full moon) pour m’emmener quelques parts d’un bout à l’autre.

    La drogue, on m’en a jamais proposé, il y a peu de thaï dans ces fêtes donc pas de prostituées, ce n’est pas Bangkok, ni phuket ou encore Pattaya.

    En Thaïlande, il y a d’autres endroits où il y a la fête aussi, que penses tu de Koh phi phi? ou encore Koh tao?

    Après c’est clair que c’est un endroit où tout le monde est bourré, il y a des blessés, des bagarres mais ça reste moindre.

    • caula

      Ton avis me rassure un peu par-ce -que après avoir lu cet article on a l’impression que la fool moon est une guerre ^^
      Et je pense que le seul moyen de jugé ce genre de fète est de la vivre.
      Merci , cordialement

  6. Fennec

    – Les fêtes où je me suis rendu proposaient ces prix au bar (en 2012). Il était cependant possible de sortir pour se rendre au 7/11 mais pas de ramener sa bouteille (ce qui ne m’a pas empeché de faire rentrer du whisky thai en fraude car c’est un contrôle visuel (pas de fouille sauf sacs). Le prix du bucket est quant à lui plus ou moins fixe partout dans les iles et pour se saouler -comme je l’explique- ce n’est pas très cher.

    – On m’ a proposé de la drogue une quarantaine de fois au abord immédiat de la soirée, vers les toilettes et dans des verres qu’on me tendait genre “fait gaffe ya du lsd”. Tu sembles d’origine asiatique (captain obvious) peut etre que tu effrayes ces joyeux commerçants? Les prostituées étaient là en force en fin de soirée et très entreprenantes/aggresives (une a commencé à tripoter un mec sur la plage avant de gueuler pour avoir du fric).

    – le tarif correspond au prix au départ de la cote ouest de l’ile (Haad yao) apres discussion avec 5 taxis (ils s’entendent sur les prix). Au retour il m’a fallut marcher sous le soleil une heure pour trouver apres de longuuuuuuuues négociations une grand mere se rendant en ville prete à me trimbaler pour exactement 380 baths (c’est a dire, tout ce qui me restait). Et encore, il m’a fallu terminer en stop.

    – La seule soirée qui m’a semblé potable c’est la jungle party. Il y a des soirées à Koh tao où je me suis rendu aussi (île plus chere mais que je prefere) mais plutôt du genre club ou bar. la beauferie ambiante est la même et j’ai dû jouer du poing contre un abruti qui voulait me cogner mais était trop saoul pour savoir pourquoi. J’ai fait le nord de la Thailande en mob pendant des semaines et je n’ai pas vu ces comportements sauf peut etre un peu à Pai.

  7. Stéphane

    J’ai été à Bali (Kuta) en Indonésie ou encore vang vieng (Laos) et j’ai l’impression que tu décris un peu la même chose.

    Après il y a plusieurs types de personnes dans ce genre de fêtes:
    les gens normaux qui vont la fête mais qui n’ont aucun souci et qui boivent normalement
    les fêtards excessif agressif
    les fêtards excessif passif

    Il faut juste éviter la deuxième catégorie qui représente moins de 1% des gens.

  8. Jeremie

    Je tiens 2 auberges de jeunesse a Koh Phangan. Le Hard Road Cafe et le Hard Road Villa.
    J accueille 120 clients par full moon.
    Je trouve ton article tres subjectif. Koh Phangan est a mes yeux mon ile preferee. Encore sauvage et magnifique dans le Nord, Koh Phangan nous offre une panoplie incalculable d activités.
    Le canopy (aqua-branches), le kitesurf, les massages, le wakeboard, les randonnées, la jungle, les montagnes, les plages, les cocotiers, les palmiers, sans compter les restos autant francais, italiens que thai sont d une grande qualité. Le Nord est remplie de famille et des ecoles privees forumillent de partout sur l ile. Si on connait Koh Phangan, on peut y passer des mois entiers sans s y ennuyer. On ne peut pas dire la meme chose de Koh Phi Phi ou Koh Tao.

    • Mikaël

      Bonjour Jérémie,

      L’être humain étant un être conscient, la subjectivité est son propre. Le but de ce site n’est d’ailleurs pas de fournir une information de robots ou d’agences de dépêches, mais bien de communiquer à hauteur d’humain des réflexions, des conseils, des impressions relatives au voyage.

      Ce que dénonce cet article clairement, ce n’est pas un lieu, mais les pratiques humaines qui y ont cours. L’article s’achève d’ailleurs sur une invitation qui rejoint manifestement votre vision et votre amour de Koh Phangan : Alors, faut-il aller à Koh Phangan ? Oui, car la beauté sauvage de l’île, le coût faible des logements et son urbanisme limité justifient pleinement une visite-détente dans une optique de farniente au soleil sur une plage déserte si l’on s’éloigne un peu du port.

      Merci pour les indications que vous donnez à nos lecteurs. Si vous souhaitez recommander tel restaurant ou telle activité en particulier, n’hésitez pas à en faire part ici à nos lecteurs.

      Cordialement,

      M.

    • Fennec

      Comme je l’ai expliqué en fin d’article l’Ile mérite d’être visitée car elle est belle. C’est un article sur les full moons, pas sur l’île.

  9. Julien Trottier

    Bonjour,
    Julien Trottier, 20 ans, Quebecois (Canada),sur un clavier sans accent, voulant repondre a Fennec.

    Je suis grand, blanc, cheveux bruns, et j’ai l’air d’un americain typique normal. Hier, je suis alle au Full-Moon party. Voici mon enumeration de ma soiree:

    1. Les taxis tuk-tuk ont coute 100 baht par personne., pour tout le monde , pour venir et pour repartir;
    2. Je me suis fait donner exactement 7 bouteilles d’eau au cours de la soiree par les barmans ;
    3. J’ai passe la nuit a me promener entre les deux extremites de la plage pour rencontrer des gens. Aucune trace de baggare. Aucune demande de drogue. Aucune odeur de marijuana ;
    4. Au total de ma soiree, j’ai vu 5 prostituees qui se tenaient en groupe, assises sur la plage, et qui n’achalaient personne ;
    5. La musique etait excellente pour quelqu’un qui cherche a danser et avoir du plaisir dans un rave. De plus, il y avait un different DJ a chaque 10 metres, tu pouvais donc choisir ta musique preferee. Si tu veux avoir un trip de musique jazz avec melodies et partitions recherchees, va ailleurs, tu n’es definitivement pas au bon endroit. Il me semble que c’est clair avant meme d’y mettre les pieds que la musique sera une musique de club typique, c’est ce que les gens recherchent.
    6. Je ne sais pas combien de party tu as fais dans ta vie, mais il est normal dans un party de voir du vomi. D’autant plus qu’il y a plusieurs centaines de personnes, il fallait s’y en attendre.
    7. N’importe quelle personne avec un peu de logique irait a ce party avec des souliers fermes. C’est tres previsible qu’il y aura de la vitre sur la plage.
    8. Tu n’auras pas de probleme avec la prison si tu fais pas le con. Si tu veux faire de la drogue dans un pays ou c’est illegal, bien c’est ton probleme, accepte les consequences.

    J’ai adore ma soiree, en integralite. Absolument rien de negatif a dire, le party etait a la hauteur de mes attentes. Une grande plage, plein de nouvelles rencontres, plein de pistes de danse differentes, et divertissements sur la plage (jongleurs et joueurs de feu).

      • EC

        Je viens de faire la full moon du 15 Mars 2014…
        Et bien je confirme à 100% les dires de Julien T qui vont à l’encontre du message dégagé par Fennec dans cet article !
        Très bonne ambiance et bon son, on était une 15 zaines d’amis (25 / 30 ans qui aimons sortir souvent) à danser sur de la bonne electro (et non pas lady gaga) entre minuit et 5 du mat’.
        Pas vu de bagarre, pas de dealers, pas de tapins, des gens bourrés mais quoi de plus normal quand 30000 pers font la fête. A coté des fêtes de Bayonne la full moon c est gentillet en terme de défonce franchement… J’ai d’ailleurs été agréablement surpris.

        Le supermarché était ouvert (hein quand on est un peu malin et curieux), on y achetait nos bières 40 baths (moins d’un euros quoi) et l’eau 20 bath (moins de 50cts).
        Taxi pour l’hotel (200 Bath, 3,5€ pour 25min de trajet en pleine nuit, quel racket hein).
        Tout était prévu, un centre médical, une zone pour dormir, des stands de bouffes (bons grecs d’ailleurs, miam miam)…

        Je dirais que le seul challenge est de trouver le bon spot où il est possible de danser avec un peu d’espace. Ce qu’on a trouvé facilement. Une soirée c’est de l’organisation aussi.

        Donc ceux qui aiment sortir vous pouvez y aller vous aller vous marrer, c est à faire une fois.

        Fennec, je comprend qu’on adhère pas a ce genre de fiestas, et je conçois même que l’on puisse s’y faire chi@r.. C est peu être moins authentique qu’une rave indé au montenegro mais franchement t’as grossi le trait… t’as utilisé un Posca sur du papier à musique…
        On dirait un reportage d’enquête exclusive sur M6…
        Et ta dernière phrase, pfiouuu, t’as dû vraiment passer une soirée de m@rde pour écrire ça… mais du coup c’est assez drôle à lire 😉

        Rabat joie.

        Ps: à Thonon les Bains ils font des séjours thalasso super sympa 😉

      • FENNEC

        Message pour EC: Yavait MEME des grecs? Tu veux dire qu’il était possible de gaspiller son poids en hydrocarbure en avion pour aller y bouffer une saloperie dont même le plus bourré des parisiens à 3h du matin ne veux pas? Waw mec, là tu viens de me donner matière à réflexion. Une « zone pour dormir », des infirmières pour jouer à la maman et pas trop de place pour danser…

        Bizarrement là je me demande pourquoi t’as fait 7000 kilometres pour un truc que tu peux faire à Paris-Plage avec ta « 15 aines » de potes. Putain, 15 potes, vous êtes des américains à springbreak ou des snorkys? Vous êtes un peu un genre de groupe organisé non? genre club med ou séjour Thalasso à Thonon? Vous avez pas peur de rencontrer des thais à 15?

        Donc je confirme: si toi et tes 15 potes blaireaux qui aimez faire la fête « de minuit à 5h du matin » (pour chopper le premier métro) vous voulez bouffer un grec dans un environnement bovin de nightclub sans rencontrer de thai, en écoutant la même musique qu’à la maison avec un dépaysement minimum, bah…. venez en full moon.

        Nan serieusement, viendez en full moon, à 15, bouffer des grecs.

        Ca nous fera des vacances.

      • EC

        Fenouille, tu es aigris et impolie.

        On peut aimer faire des treks à Chiang Mai, découvrir la ville de Sukhothai, et faire la fête à Koh Phangan. C’est en tout cas ce que j’ai fait de mon voyage. La full moon c’est une soirée, 2% en temps de mon voyage en Thaïlande. C’est d’ailleurs le cas pour la majorité des personnes qui s’y rendent, le surlendemain l’île retrouve son calme.

        Et tu n’as pas répondu sur le fond, encore une fois tu « hyperbolises » et tu mets les gens dans des cases: ton article est juste exagéré (voir mensongé par moment), c’est ce que j’ai voulu dire, comme la moitié des pers qui t’ont répondu.

        Tu es agressif comme les mecs bourrés que tu décrit dans ton script M6 😉

  10. Reeon

    Je sais que ça fait un peu Joe le Vieux Relou de dire ça mais soyez hyper prudent sur votre conso d’alcool sur place et ne prenez pas de drogue. Être trop bourré c’est attirer les pickpockets et être drogué c’est attiré les flics. Dans les deux cas, il y a moyen de le payer cher. Keep in control un minimum et tout se passera super bien 😉

  11. Guy

    Full moon :
    Y a les Thaï qui font leur bisness
    Y a ceux qui perdent un peu la tête et qui font la teuf, mes préférés
    Y a les ethnologues, ceux qui prennent des photos, filment….
    Et puis y a les déjà petits vieux, qui sont venus là mais qui savaient pas et que si ils avaient su ils seraient pas venu…..gna gna….qui n’ont rien vu, rien compris et qui derrière leurs lorgnettes jugent.
    « C’est pas bien c’est des drogués, et en plus y a du sexe….bouuuhhhhhhhhhh c’est sale. »
    Désolé je n’ai plus l’âge de faire partie du 2ème groupe. je serai plutôt coté observateur.
    Mais s’il y a bien des gens que j’abhorre c’est les baba cool écolo fauché moralisateur essayant d’être politiquement correct dans leur discours et qui pense que de se chooter au joint est nettement supérieur que de se shooter à la bière. On appelle ça des pisse vinaigre Non ?
    Eux je les aime pas.

    • Mikaël Faujour

      Y’a ceux qui, procédé facile, divisent en des catégories de pensée simplistes et caricaturées une infinité de motifs et de subjectivités, pour se positionner à peu de frais au-dessus de la mêlée.

      Ca, je n’aime pas.

  12. Haydée

    Franchement Fennec, avec le commentaire là qui te clou sur place, j’aurai fermé ma bouche à ta place.
    Tu y es allé toi aussi, alors de quoi tu parles avec ta pollution.

    Et quelle agressivité auprès de personnes qui prennent la peine de commenter un article aussi négatif. Je pense que tu commences à en souler plus d’un 😉

    J’aimerai pas être ta meuf, ni ton pote, tu polluerai mon espace avec ton aigreur !

    • Fennec

      «  »J’aimerai pas être ta meuf, ni ton pote, tu polluerai mon espace avec ton aigreur ! » »

      Remet ton pantalon mon garçon, je n’ai fait que fesser ce fessier incongru tendu vers mon poignet.

      Va donc te faire fesser ailleurs, petit flammeur de paccotile.

      Et ne t’inquiète pas: Tu n’es ni ma meuf, ni mon pote.

  13. Haydée

    Si tu avais été un tout petit peu curieux tu aurai vu que je suis une femme…
    Dommage qu’on ne puisse pas mettre de photo t’aurai peut-être eu envie de me la donner cette fessée 😉

  14. FENNEC

    Haydée: Tu demanderas à Mikaêl mon mail/blog si tu veux continuer cette folle conversation. Comme ça tu pourras t’y plaindre de ma négativité discursive (on appelle ça avoir un style) et être châtiée à ton gout.

    Et pour la fessée: aux innocents les mains pleines.

  15. Haydée

    J’avais déjà fait un tour sur ton blog. Je crois même que j’avais laissé un commentaire. Allez je vais lire ton dernier article sur le « Bangkok blues » 😉

  16. Canut

    Si la connerie n’a pas de limite la je pense que tout les sommets sont atteint , discréditer la full moon de la sorte soit son auteur doit avoir des intérêts , soit il n’est jamais sortie de son quartier et raconte n’importe quoi .

    • Mikaël Faujour

      Bonjour.
      Libre à vous de considérer comme « sommet de connerie » une opinion divergente de la vôtre (et avec laquelle plusieurs personnes y vivant, qu’elles aient commenté ici ou relayé l’article ailleurs, sont d’accord — avis qui me semble d’un poids supérieur à celui d’un fêtard de passage et qui se fiche des conséquences) : c’est après tout devenu si commun, surtout chez ceux qui se présentent souvent comme des champions de la tolérance, de l’antiracisme, du respect… que, précisément, de ne montrer aucune sorte de respect pour qui exprime une opinion contraire à la sienne, de considérer « ce qui n’est pas moi » comme de la sottise, de l’arriération, du « facho », du « réac », du con, ou du « sommet de connerie ». Il est vrai qu’émettre derrière son écran et l’anonymat d’un pseudo une vitupération qui positionne son auteur à je ne sais quel surplomb d’intelligence que rien ne justifie, c’est bien commode… et que ça ressemble à un « sommet d’intelligence ».
      Maintenant, je préfère laisser réagir l’auteur du commentaire… et/ou vous inviter à un commentaire un peu plus intelligent et constructif.

      Mikaël


Laisser un commentaire