L’espagnol en immersion : pourquoi pas à Quetzaltenango ?

Si les écoles d’espagnol de la Antigua Guatemala jouissent d’une réputation internationale, Quetzaltenango, la deuxième ville du Guatémala, est devenue depuis quelques années une concurrente de plus en plus sérieuse pour l’ancienne capitale de l’Amérique centrale. Si bien que ¨Xela¨ (c’est son surnom) s’avère une solution de choix, moins onéreuse que la très touristique cité coloniale, pour apprendre l’espagnol en immersion.

http://www.voyageurs-du-net.com/wp-content/uploads/2012/10/DSC04708.jpg

Parmi les lieux touristiques du Guatémala, la ville de Quetzaltenango, située  à l’ouest du pays, n’est pas le plus connu. Elle dispose cependant de divers atouts : non seulement le coût de la vie y est moindre que dans les centres touristiques principaux du pays, et notamment la Antigua Guatemala, mais la ville se trouve par surcroît au milieu d’une zone naturelle de grande beauté, ce qui en fait un pied-à-terre idéal pour des excursions dans la région, notamment pour l’ascension de volcans, dont la région abonde. Les écoles d’espagnol sont un autre attrait important de Quetzaltenango.

Les débuts de l’enseignement de l’espagnol à Xela remontent aux années 1970, quand le premier projet linguistique Francisco Marroquín (PLFM) s’y installe, formant 30 professeurs pour offrir aux touristes un service de qualité. Afin de faire de Xela une ville attractive, un groupe de dix professeurs crée une initiative visant à faire d’activités socio-culturelles une part essentielle de la pratique de la langue.

Aujourd’hui, on compte plus de 30 écoles d’espagnol à Xela, lesquelles offrent des méthodes pédagogiques variées et des prix accessibles, autorisent une certaine flexibilité des horaires, et s’articulent avec divers programmes de bénévolat. La majorité des écoles utilise une méthode personnalisée, basée sur une forte relation entre le professeur et l’étudiant. Aliza, une étudiante américaine de l’école Juan Sisay, estime que « avec cette méthode, le professeur trouve les faiblesse de chacun, ce qui est plus efficace qu’en groupe».

Votre guide spécialisé au Guatémala

Guide Guatémala

Besoin d'aide pour planifier et réaliser votre voyage au Guatémala ?
Prenez contact avec Thierry, l’expert local de TraceDirecte.
Nous vous offrons un devis et vous pourrez échanger directement avec lui via votre espace client, et même l’appeler au Guatémala avec un numéro gratuit ! En savoir plus en cliquant ici.

Certaines écoles proposent un enseignement de grande qualité, puisqu’elles forment des professionnels mettant l’accent sur la grammaire et la culture. Membre de l’association Coordinateur  des écoles d’espagnol de Quetzaltenango (ACCEQ), Olga Moscoso considère que « la méthode s’adapte aux besoins des étudiants et à ses capacités de découvrir une nouvelle langue ».

La formation professorale dans l’éducation supérieure et l’acquisition du diplôme d’enseignement de la langue espagnole ont permis d’atteindre un bon niveau. Ainsi, Marlin de León, directrice de l’école d’espagnol Celas Maya, avance-t-elle : « Grâce à ce diplôme nous avons l’appui d’institutions locales telles que l’Intecap, Loyola et l’Université de San Carlos et nous sommes capables de transmettre les connaissances aux étudiants plus d’efficacité ».

Formant un complément à la pédagogie linguistique, les activités socio-culturelles et de divertissement ne manquent pas. Chaque école intègre à son programme une promenade dans les environs de Xela, une soirée pour découvrir la nourriture typique ou encore une visite au centre historique le week-end, pour y photographier ses monuments. L’objectif de ces activités est la pratique de la langue à travers la rencontre des locaux… ou l’échange avec d’autres étrangers avec lesquels l’espagnol s’avère la langue véhiculaire. Etudiante de Celas Maya, Emily Peck confirme : « Je peux pratiquer l’espagnol avec les autres touristes car notre langue maternelle n’est pas la même, alors c’est une activité enrichissante pour moi ».

Selon le directeur de l’école d’espagnol ICA, Enrique Diaz,  dans l’année, il y a des époques de forte (mai à juillet) et de plus faible affluence (janvier à mars). Néanmoins, même si leur travail est peu stable, tous les professeurs semblent l’apprécier, s’amuser et avoir goût à l’échange culturel avec les étudiants, comme le confirme Luis Díaz : « Partager la culture guatémaltèque, c’est une expérience positive parce qu’on transmet nos traditions et on peut découvrir les autres ».

Apprendre l’espagnol en immersion est toujours la pédagogie la plus efficace, en contact direct avec les autochtones. Peu onéreux et parsemé de beautés naturelles, un voyage au Guatémala vous offre la possibilité de joindre l’utile à l’agréable, alliant une approche pédagogique originale, efficace et reconnue sur le plan international, à un échange interculturel et à la découverte d’un pays. De quoi vivre une expérience inoubliable, donc.

Patricia Velásquez et Paolo Azurdia

Vous en voulez encore ?

Articles que vous allez aimer :

Il y a 1 commentaire

Ajoutez le vôtre

Note : vous n'obtiendrez pas de lien en venant commenter sur VDN. Inutile donc de venir spammer... Seuls les liens pertinents, en rapport avec le sujet seront publiés.


Laisser un commentaire