Buenos Aires : découvrez le côté insolite du Paris de l’Amérique du Sud

Capitale parmi les plus dynamiques d’Amérique latine, Buenos Aires est souvent qualifiée de « Paris de l’Amérique du Sud ». Riche de monuments historiques et d’un passé glorieux, la capitale abonde aussi en lieux insolites, certains assez célèbres, d’autres tout à fait « alternatifs ». Loin du football et des barbecues, nous vous emmenons découvrir Buenos Aires hors des sentiers battus, via une sélection d’adresses insolites.

Monuments

Le Palacio Barolo

Inauguré en 1923, cet édifice fut un ouvrage démesuré pour l’époque. Fruit de l’imagination du magnat italien du textile, Luis Barolo, le palace éponyme avait pour ambition d’être le plus haut édifice d’Amérique latine. Il le sera jusqu’en 1935 avec ses cent mètres de hauteur ! Afin d’étancher sa soif de prestige, Luis Barolo décide de construire son palace sur la avenida de Mayo dans le quartier de Montserrat, alors particulièrement prestigieux.

Pour mener à bien son projet pharaonique, Luis Baroli fait appel à l’architecte italo-argentin, Mario Palanti. La construction du palace dure quatre années à partir de 1919. Chef-d’œuvre, sa construction nécessite plus de 650 000 tonnes de béton armé, un matériau novateur pour l’époque, et de marbre directement importé d’Italie. Un phare surplombant la ville de Buenos Aires se perche au sommet et vous donne une vue à 360 degrés, saisissant !

Outre sa démesure, le Palacio Barolo porte une belle histoire. Fasciné par le poète italien Dante Aligheri, Mario Palanti décide de rendre hommage à son œuvre célèbre, La Divine Comédie, écrite entre 1307 et 1321. C’est la raison pour laquelle Luis Barolo a acheté les bâtiments de la Avenida de Mayo entre les numéros 1300 et 1400 pour les raser et y construire l’édifice. La référence à l’œuvre de Dante ne s’arrête pas là : le palace mesure 100 mètres de haut pour les 100 chants de l’œuvre, compte 22 étages comme le nombre de strophes du poème, et se divise en trois parties : Enfer, Purgatoire et Paradis. Affectionnant les détails, l’architecte a fait un clin d’œil à l’Italie en apposant du marbre aux couleurs rouge, verte et blanche.
Luis Barolo meurt l’année de l’inauguration du palace. A ce jour, des bureaux y sont installés mais l’édifice est toujours ouvert au public, avec des visites guidées en anglais et en espagnol. Après avoir visité le rez-de-chaussée puis quelques étages importants, le 22ème étage présente une vue panoramique sur Buenos Aires : effet garanti !

Site du Palacio Barolo (en anglais, espagnol et italien).

buenos-aires-insolite-argentine-Palacio Barolo

Museo Evita

Le musée Evita retrace le parcours atypique d’Eva Perón, née Duarte. Jeune fille venue d’une famille modeste de la province de Buenos Aires, elle s’ínstalle très tôt dans la capitale où elle s’illustre comme actrice de cinéma et de radio. Nouvelle figure médiatique, Eva fait la connaissance de Juan Domingo Perón, alors homme politique et l’une des figures majeures du national-populisme latino-américain. A ses côtés, elle contribue à l’ouverture du débat sur la condition des classes ouvrières. A l’élection de Perón comme président, Evita, comme la surnomment les Argentins, accentue son influence dans l’action politique notamment grâce à l’introduction des thèmes de la justice sociale et de l’égalité. Admirée et respectée par les plus démunis, la première dame initie des projets envers les personnes âgées, les enfants et les femmes via sa Fondation Eva Perón.

Evita, marque également la société argentine puisque c’est grâce à elle que les femmes peuvent voter dès 1947. Trente jours de deuil national sont déclarés à l’annonce de sa mort le 26 juillet 1952, le Congrès la nommant chef spirituel de la Nation, titre qu’elle est la seule à avoir reçu. Le musée à la gloire d’Evita retrace, au travers de cette figure historique, une période-clé de l’histoire de l’Argentine contemporaine.

buenos-aires-insolite-argentine-museo-eva-peron-buenos-aires-750x525

El Ateneo Gran Splendid

Lors d’une visite à Buenos Aires, il est très commun de passer par l’avenue Santa Fé au cœur du quartier de Recoleta, connue pour ses commerces et son activité foisonnante. Un petit conseil, attardez-vous au numéro 1860 où vous trouverez un édifice datant du début du XXème siècle, le Gran Splendid. Inauguré en 1919, ce théâtre d’une capacité de 500 places fit les beaux jours du tango argentin avec des personnalités comme Carlos Gardel ou Roberto Firpo. Toutefois, ne vous attendez pas à visiter un café-théâtre ordinaire en passant les portes du lieu. En effet, la libraire El Ateneo, fondée en 1912, y a installé sa plus grande boutique en 2000. Le magasin a conservé toute l’architecture du Gran Splendid avec ses livres à tous les étages et sa coupole surplombant le centre du magasin. La scène n’est pas en reste ; elle accueille un café depuis lequel vous pouvez profiter une vue à 180 degrés du théâtre tout en feuilletant le livre de votre choix.

El Ateneo Gran Splendid a été nommé comme la deuxième plus belle librairie au monde par The Guardian en 2008.

buenos-aires-insolite-argentine-ateneo-750x525

Bars

Florería Atlántico

Un speakeasy, dans la lignée des bars clandestins américains durant la Prohibition, voici comment on pourrait présenter la Florería Atlántico. Arrivés à l’adresse indiquée, vous découvrez un marchand de fleurs et de vins des plus charmants mais c’est depuis une porte cachée que vous accédez au mystérieux bar à cocktail. Avec sa carte aux sonorités internationales, le Florería Atlántico offre un tour du monde sans quitter Buenos Aires. A vous de choisir entre un pisco péruvien, une bière allemande ou un vin portugais. ¡Salud !

Site Internet de Florería Atlántico.

buenos-aires-insolite-argentine-Floreria Atlantico - Crédit cc Facebook

La milonga Glorieta

En plein cœur du quartier de Belgrano, vous passez une soirée au rythme envoûtant du tango ! Sous un kiosque à musique, au milieu d’un parc du quartier de Belgrano, l’orchestre vous invite à fouler le sol de cette milonga de plein air. Elle accueille tous les week-ends de 19h à 22h, des couples de tous les niveaux réunis pour l’amour de la danse.

Page consacrée à ce lieu sur le site Visit Tango Buenos Aires.

Restaurants

36 billares

Fondé à la fin du XIXème siècle, les 36 billares est un lieu qui a su rester authentique. D’inspiration architecturale hispanique, ce restaurant installé depuis plus de 115 ans sur la Avenida de Mayo est un lieu qui vaut le détour !

Au sous-sol, vous accédez à la deuxième salle qui donne son nom au lieu. A l’époque, on comptait 36 billards, ce nombre a été réduit à 17 : 9 de billards français, 6 de billards américain (pool) et une snooker qui a environ cent ans. Les plus aguerris peuvent se frotter au jeu des habitués sous les yeux des spectateurs perchés dans les tribunes. A l’époque, 36 billares était uniquement réservé aux hommes ; ceci dit, il est encore inédit d’y rencontrer une femme.

Sa carte propose des plats copieux le midi et des spécialités le soir servis par des serveurs élégamment vêtus en noir et blanc.

Site web de 36 billares.

buenos-aires-insolite-argentine-36 billares Crédit cc -Flickr Lauro Maia

El Gato viejo

Au milieu d’un pèle-mêle de ferrailles et de tôles, se trouve le cocon créatif créé par Carlos Regazzoni, un artiste plasticien qui tient le restaurant El Gato viejo au sein-même de son atelier. Un dîner dans ce cadre unique ne vous laissera pas indifférent. D’ailleurs, rares sont ceux qui quittent El Gato viejo sans un avis tranché : on adore ou déteste… Vous passez un moment jovial entre amis au son des musiciens folkloriques qui animent les soirées du jeudi au samedi. Notons qu’on s’y déplace davantage pour rencontrer le personnage qu’est Carlos Regazzoni et l’ambiance unique du lieu, que pour sa cuisine.

Site de l’artiste et page sur icelui du Gato viejo.

buenos-aires-insolite-argentine-El Gato Viejo Crédit cc - Flickr Jesús Dehesa

Pulpería Quilapán

A l’origine, une pulpería est un lieu emblématique de la culture gaucho, mélange de bar de quartier et d’épicerie. Suivant ce concept authentique, la Pulpería Quilapán, ouverte par un couple français dans le quartier de San Telmo, nous transporte dans l’ambiance du campo argentin, en plein cœur de la capitale foisonnante.

A l’image des épiceries locavores, la Pulpería est le seul intermédiaire entre le producteur et le consommateur, dans le respect des valeurs sociales et écologiques chères aux propriétaires. Vous y trouvez des produits typiques de la gastronomie argentine, également disponibles sur Internet. En d’autres termes, la Pulpería Quilapán est un havre de joie où ses propriétaires se feront un plaisir de vous présenter leur concept, leurs produits et de vous inviter à déguster les mets du jour sur des airs musicaux !

Site web de la Pulpería Quilapán.

buenos-aires-insolite-argentine-Pulpería Quilapán Crédit c- Flickr Camara de Comercio e Industría Franco Argentina

Plus d’infos sur le site web de l’agence de voyage de Buenos Aires, Argentina Excepción.

Crédits photo : toutes les photos de l’article nous ont été transmises par Argentina Excepción. Plus précisément, mentionnons les photos publiées sur Flickr : Lauro Maia (36 billares), Jesús Dehesa (El Gato viejo), Camara de Comercio e Industría Franco Argentina (Pulpería Quilapán ). La photo de la Florería Atlántico provient quant à elle de sa page Facebook.

VOYAGER PAS CHERLa rédaction vous conseille :

Voyager avec 20 euros par jour, le guide
En savoir plus

Virginie - Vie Productive.com - Fontenay-aux-roses"Enfin un guide voyage qui démonte point par point la plus courante des excuses. Non, voyager ne coûte pas forcément cher ! "

Katy Chey - Communication et marketing - Londres"Voilà un guide pour voyager qui déborde de conseils avisés et malins ! Les bons plans qu’il contient s’adressent à tous voyageurs, expérimentés ou non"

Julien Valat - Blog Vitamin-e - Montréal, Canada"Ma première lecture de ton guide m’a enthousiasmée car tu y livres un réel tour d’horizon des possibilités qui s’offrent aux voyageurs"


Vous en voulez encore ?

Articles que vous allez aimer :
Argentine
Pas encore d'article similaire

Vous aimeriez nous proposer un article similaire ? C'est par ici !

Il n'y a pas encore de commentaire

Ajoutez le vôtre

Note : vous n'obtiendrez pas de lien en venant commenter sur VDN. Inutile donc de venir spammer... Seuls les liens pertinents, en rapport avec le sujet seront publiés.