En Algarve (Portugal), un hôtel particulier abandonné et enchanteur

A Loulé, dans le sud du Portugal, la demeure d’un ancien notable local, construite à la fin du XIXe siècle, est à l’abandon depuis plusieurs années. Le lieu est insolite, rythmé de fresques murales, arcs d’inspiration gothique, toit crénelé, mosaïques d’inspiration surréaliste, jardin à bassins : nous en rapportons quelques photos.

http://www.voyageurs-du-net.com/wp-content/uploads/2012/08/portugal-insolite-exploration-urbaine-hotel-particulier-abandonne-700x573.jpg

Fin juillet 2012. Bref passage en Algarve, au sud du Portugal. Après avoir pris connaissance de l’Atlantic Park sur Environmental Graffiti , nous partons à trois à la quête de ce lieu singulier. Un parc aquatique à l’abandon, ses toboggans, boyaux et langues bleus, livré à la voracité des végétations : voilà un spectacle qui promet d’être singulier, inspirant. J’ai, depuis longtemps, depuis l’enfance où j’allais régulièrement parcourir l’ancien aéroport de Saint-Brieuc et sa tour de contrôle abandonnée ou bien encore les blockhäuser du Mur de l’Atlantique, le goût des lieux d’activité humaine laissés à l’abandon. Le tableau est porteur souvent d’une poétique mélancolie ; il y règne quelque chose d’une désolation qui invite à l’humilité, à songer au caractère fragile, dérisoire, des constructions humaines et de l’Homme lui-même, à songer à la mémoire, elle aussi fragile, de ceux qui sont venus avant nous. A la fin des fins, nous serons pareils à ce que nous créons : des carcasses inanimées, à leur tour colonisées par l’incessant et triomphant tumulte de la vie, de la matière.

Hélas ! nous ne pourrons constater que l’action des bulldozers, qui ont équarri et détruit ce qui demeurait. Et il ne reste plus rien. Que faire ? Aller voir le concours de sculptures de sable à Fiesa ? Trop loin pour notre ami et hôte, Eric, qui n’a pas le temps et propose plutôt d’aller visiter une demeure abandonnée, à Loulé, ville proche de Faro.

Le Palacete Fonte da Pipa

A la fin du XIXe siècle, certain notable local, un député-maire, souhaitait un petit palais semblable à ceux qu’il avait vus lors de ses voyages en Europe et où il lui pût recevoir le roi Charles en visite dans la région. En résulte une construction éclectique et cependant harmonieuse. Depuis quelques années, la demeure est à l’abandon, accessible depuis la route. Il suffit de s’attarder, de prendre son temps. Pourquoi est-elle abandonnée ? Ce n’est en tout cas pas faute d’intéresser du monde, à coup sûr, et de faire l’objet de projets et de propositions de prise en main. Mais il se pourrait qu’il y ait là-dessous quelque micmac immobilier. N’importe, après tout.

On pénètre la propriété en contournant la grille et la demeure en trouvant ici ou là une ouverture, par une fenêtre ou par une porte mal refermés. Quelques fresques, quelques mosaïques ont été endommagés par des imbéciles sans considération pour le patrimoine – mais dans l’ensemble, les dégradations sont assez dérisoires.


Les intérieurs abondent en fresques murales et plafonnantes en trompe-l’œil : ici une façon de préau donnant sur un jardin luxuriant, dont les colonnettes fines et graciles soutiennent une verrière (voir dans la galerie, plus bas) et sur lesquelles vient jouer le lierre.

Outre les imitations de tapisseries et les motifs décoratifs abstraits rythmant murs et plafonds, on trouve aussi de charmants azulejos (céramiques peintes à dominante bleue, typiques du Portugal) au sujet rétro (ici un gentilhomme du XVIIIe siècle s’exerçant au fleuret) ou, ailleurs, agraire.

Tout comme certaines ornementations du toit, l’arcature est marquée par l’inspiration gothique (arcs brisés). L’éclectisme, typique des bourgeoisies européennes de la fin du XIXe siècle, n’est pas ici inharmonieux ; il reste relativement sobre. Il s’accommode, par ailleurs, aussi bien d’une cheminée en façon de minaret mauresque ou encore de bancs réalisés en mosaïques aux effets proches parfois du surréalisme ou de l’art brut (voir dans la galerie).

Dehors, le jardin à l’abandon offre un spectacle ravissant, tout de ponts, de courbes, d’arbres avachis et de végétations gourmandes. Le tout laisse deviner combien il devait être délicieux d’y paresser et de s’y rafraîchir à l’été, lorsque les arbres et les massifs de fleurs et d’arbustes étaient entretenus et que les bassins étaient remplis d’eau. Mariant le béton et les rochers pour donner un effet de pittoresque, ce jardin évoque un peu les jardins rocaille, quoique d’une façon moins folâtre et fantaisiste que massive.

VOYAGER PAS CHERLa rédaction vous conseille :

Voyager avec 20 euros par jour, le guide
En savoir plus

Virginie - Vie Productive.com - Fontenay-aux-roses"Enfin un guide voyage qui démonte point par point la plus courante des excuses. Non, voyager ne coûte pas forcément cher ! "

Katy Chey - Communication et marketing - Londres"Voilà un guide pour voyager qui déborde de conseils avisés et malins ! Les bons plans qu’il contient s’adressent à tous voyageurs, expérimentés ou non"

Julien Valat - Blog Vitamin-e - Montréal, Canada"Ma première lecture de ton guide m’a enthousiasmée car tu y livres un réel tour d’horizon des possibilités qui s’offrent aux voyageurs"


Vous en voulez encore ?

Articles que vous allez aimer :
Portugal

Vous aimeriez nous proposer un article similaire ? C'est par ici !

urbex

Il y a 1 commentaire

Ajoutez le vôtre

Note : vous n'obtiendrez pas de lien en venant commenter sur VDN. Inutile donc de venir spammer... Seuls les liens pertinents, en rapport avec le sujet seront publiés.

  1. Eric

    Malheureusement les fresques des murs et les planchers viennent d’être éventrés car des voleurs ont arraché les câbles électriques pour voler le cuivre.


Laisser un commentaire